Bilan carbone allégé

Ça y est ! Nous sommes montés sur la balance carbone grâce à nos amis du Geste Environnemental à l’aide d’un outil sur mesure pour la No Impact Week.

Durant la semaine de 4 jours et par rapport à une semaine classique, nous avons réduit nos émissions de gaz à effet de serre de 12,73 kg eq CO2 par rapport à nos pratiques quotidiennes habituelles, soit l’équivalent de :
-          67 km parcourus en citadine
-          4 allers-retours Paris/Londres en TGV pour 1 personne
-          6 repas classiques (entrée / plat / dessert)

Un résultat plutôt modeste mais encourageant donc, à la hauteur des petits gestes auxquels nous nous sommes contraints. En conservant ces bonnes pratiques tout au long de l’année, nous pourrons éviter 97.07 kg CO2e par mois soit 1 164,84 kg CO2e en un an !

 

Super Trash, un film de Martin Esposito

Sortie en salle prévue le 9 octobre 2013

3. 2. 1 : attention attachez-vous ! Décollage imminent vers la planète déchets….

Vous pensiez qu’en les mettant à la poubelle, vos déchets disparaissaient dans l’espace intersidéral, une autre planète où ils seraient triés, traités, recyclés, cajolés pour ensuite revivre une nouvelle vie ?

Dans ce film, il n’en est rien ! L’histoire se déroule dans une décharge à ciel ouvert, du sud de la France. Martin Esposito, le réalisateur et acteur principal a suivi pendant près de deux ans l’évolution de ce monticule devenu montagne, vivant à ses côtés, dormant par moments dans une cabane de la la forêt environnante, faite de bric et de broc.

Au cœur de l’odeur

Malgré l’odeur insupportable, armé d’un masque, de chaussures de rando et de son gilet fluorescent, Martin gravit chaque jour des tonnes et des tonnes de déchets, au plus près des camions et des tractopelles pour saisir les images les plus captivantes.

Des trouvailles au-delà du réel

Parmi cet amoncellement, se retrouvent des objets insolites comme des jouets d’enfants, des DVD porno ou bien encore des cercueils ! On découvre parfois des trésors comme le tapis rouge du festival de Cannes, et en plusieurs exemplaires vu qu’il est changé 4 fois par jour ! Ou bien encore des caisses de nourritures non périmées, non consommées, jetées encore emballées…

Ce film est parfois le témoin de quelques dérives : des déchets triés pour être recyclés se retrouvent ici, peut-être faute de place dans les centres de tri. Des hydrocarbures sont régulièrement déversées, pourquoi ? Plus grave encore, des bidons d’arsenic ont été enfouis un peu partout « pour éviter qu’on les retrouve, parce qu’on n’a pas le droit »  témoigne un employé de la décharge, le visage couvert.

Lexiviat : 34 points

Le cours d’eau situé en aval de la décharge est évidemment pollué en continu à cause du lexiviat, ce liquide produit par les déchets. Arrivé dans la mer Méditerranée, ce même cours d’eau pollue l’écosystème marin ce qui n’empêche pas pour autant certains pêcheurs de déguster leur butin sous prétexte « qu’il faut bien mourir de quelque chose » […] si on regarde tout ça, on ne vit plus ».

Mais alors que faire ?

Le réalisateur propose à chacun de trouver sa propre interprétation. En effet, le film n’a pas l’ambition d’être un documentaire complet mais nous impose une vision de la réalité qu’on préfèrerait parfois oublier. Que ce soit le gaspillage alimentaire, le mauvais traitement des déchets, la surconsommation ou encore la pollution de l’environnement, ce film met en évidence des problèmes dont chacun peut s’emparer, selon son profil, investiguer, en parler et agir.

Comment agir ?

Vous pouvez tout d’abord sensibiliser votre entourage en organisant une projection avant la sortie du film et aller le voir une fois en salle le 9 octobre 2013.

Il suffit également d’appliquer le principe simple des 3R : réduire, réutiliser, recycler. Voici quelques idées :

  • Acheter en vrac plutôt qu’emballé quand c’est possible. Faire une liste des courses pour acheter moins et ainsi moins gaspiller, trouver des idées de recettes sur http://www.manger-bouger.fr/
  • Organiser une Disco soupe dans votre ville : https://www.facebook.com/DiscoSoupe 
  • Continuer ou absolument commencer à trier nos déchets, revendre ou donner les objets inutilisés, réparer au mieux ceux qui dysfonctionnent etc.

Et vous que faites-vous ?

Pour aller plus loin : 
Le site du film www.supertrashlefilm.com
La page Facebook 

La bande d’annonce :

Mardi c’est ALIMENTATION

Pour aborder le thème de l’alimentation, rien de mieux qu’un bon repas tous ensemble ! Certains avaient préparé des bons petits plats bio : une quiche lorraine ou encore une tarte aux pommes, un régal pour nos papilles. Nous avons fait une salade composée et goûté des produits bio tels qu’une salade de lentilles au tofu et des galettes au fromage et au sésame, miammm !

« C’est pas si mauvais en fait » … Et oui l’habit ne fait pas le moine comme on dit !

Ce moment de convivialité nous a permis d’aborder la question du gaspillage : savez-vous qu’un tiers des aliments que nous produisons finit à la poubelle ? Il est primordial, avant même de savoir si on va acheter bio, équitable, local ou pas, de savoir ce dont on a besoin avant d’entrer dans un magasin et d’éviter au maximum de jeter les aliments présents dans notre frigo ou dans notre placard.

A ce sujet, nous vous invitons à regarder le documentaire Global Gâchis produit par Canal + avec Tristam Stuart, la vidéo du Banquet des 5000 organisé à Paris cet automne ou encore à participer à une Disco Soupe  !

Ces évènements festifs ont lieu le plus souvent lors de festivals et visent à cuisiner en musique des fruits et légumes qui auraient du être jetés avant de les distribuer au public gratuitement => plus d’info sur les prochaines Disco Soupes sur leur Facebook ici.

Les gourmands que nous sommes n’ont bien sûr pas oublié le goûter : crêpes, chocolat et confiture avec, pour nous désaltérer, du jus d’orange bio pressé par nos soins :)

On est bien sûr fans du chocolat Alter Eco labellisé équitable par Max Havelaar, bio (AB) et compensé carbone !

Les confitures Re-belles sont elles faites à partir de fruits rebuts d’où leur petit nom :) Une production très locale puisqu’elle provient du 16e arrondissement, les pots sont récupérés et les tissus également, un bel exemple de produit cradle to cradle, encore au stade de prototype !

Enfin, avec ce jus d’orange frais pressé « à la péniche », on s’assure d’avoir un minimum d’impact carbone même si les oranges bio proviennent d’Espagne. On aura fait de notre mieux !

J-7 Avant la No Impact Week 2013

En 2013, la No Impact Week se déroulera du 2 au 5 avril et permettra à plusieurs entreprises françaises d’essayer de réduire au maximum leur bilan carbone.

Attention, le compte à rebours a commencé…

L’émission des ordinateurs

Un des grands enseignements de la semaine sera sûrement le suivant : parfois, on ne soupçonne pas l’impact de certaines de nos activités si tant est qu’on sache qu’elles ont en une à la base…

Il faut notamment savoir que le simple fait de travailler sur nos ordinateurs a un impact non négligeable et ce, à deux niveaux : l’utilisation de nos ordinateurs (ça on s’en doutait) mais aussi celle du web (et ça on s’en doutait peut-être un peu moins).

Alors, certes, l’empreinte carbone d’un email ou d’une recherche Internet n’est en rien comparable avec celle d’activités bien plus polluantes comme un trajet en voiture. Toutefois si on prend en considération le nombre d’emails, de recherches Internet,… réalisés par jour dans le monde, on comprend assez vite l’impact écologique considérable que représente l’utilisation du web.

Une prise de conscience semble donc de plus en plus nécessaire à ce niveau pour que nos efforts portent également sur notre comportement quotidien au bureau et plus généralement sur notre comportement d’internaute.

Voici quelques chiffres pour vous donner une idée :

Emission GES
1 courriel 19 grammes Eq CO2
soit en moyenne 136 kg Eq CO2 / salarié / an
1 recherche internet 0,2 gramme Eq CO2
soit en moyenne 9.9 kg Eq CO2 / an / pers
1 transfert de 10 Mo via une clef USB (512 Mo) 11 grammes Eq CO2
1 SMS 0.000003 grammes Eq CO2
Découvrez dans les liens à droite le site « Alléger le web » (une initiative de ACIDD) pour apprendre à adopter un comportement éco-responsable sur internet.

La collecte

Aujourd’hui, comme prévu dans le programme, nous organisons une collecte d’habits (mais aussi d’objets de toute sorte) parmi les employés.

L’idée est encore une fois de produire moins de déchets. Pourquoi ne pas donner une nouvelle vie à ce que l’on n’utilise plus ?

Par ce geste solidaire, nous marquons aussi notre volonté de mieux consommer : acheter moins pour produire moins et jeter moins, apprendre à réutiliser, troquer, louer, prêter…

C’est donc avec valises et cartons que les employés sont arrivés au bureau aujourd’hui… bientôt la vidéo !

 N’hésitez pas à passer à l’agence si vous avez aussi quelques habits/objets à déposer :)

Portes ouvertes au Syctom

Il y a un an et demi, l’agence visitait le centre de tri « Syctom » de Ivry.

Thomas, le fondateur de l’agence, devant les « Césars de déchets » prêts à être recyclés.

Nous avions alors été marqués par plusieurs choses :

- Nos poubelles jaunes sont re-triées à la main. Plusieurs équipes se relaient dans la journée pour séparer les déchets plastiques des déchets alus, les déchets papiers des déchets non recyclables jetés par erreur dans la poubelle jaune.

- Tous les autres déchets (le « tout-venant ») sont brûlés. La chaleur émise est récupérée pour chauffer… nos maisons ! Nous avons pu remarqué que beaucoup de déchets du tout-venant auraient pu être triés (jetés dans la poubelle jaune ou utilisés en compost).

- Les déchets triés sont séparés par matériaux pour être revendus comme matière première afin d’être valorisée.

Nous ne pouvons que vous recommander cette visite enrichissante ! Elle est essentielle pour se familiariser avec le concept d’économie circulaire, et sur l’importance du geste citoyen qu’est le tri !

Et quelle chance! Le syctom organise une journée Portes Ouvertes le samedi 7 avril de 10h00 à 18h00 ! Ce sera l’occasion pour le grand public de découvrir le fonctionnement de ce centre qui traite chaque année 15 000 tonnes de déchets. Courez-y ! Toutes les infos ici.

N’hésitez pas à poster ici vos impressions après la visite :)

 

L’eau en Mieux

JOUR 2 de la No Impact Week.

Thématique à l’honneur : l’eau !

Pour célébrer cette ressource, nous nous sommes associés à la Surfrider Foundation en organisant un nettoyage des berges de la Seine dans le cadre de ses Initiatives Océanes.

16 personnes se sont mobilisées ce jour pour nettoyer les berges, autour de la péniche :

7 employés Mieux / 5 freelances de l’agence (voir les liens à droite) / 4 volontaires souriants rencontrés grâce au site des Initiatives Océanes.

Au total, 88kg de déchets ont été ramassés et triés en une après-midi de travail (avec une grosse majorité de déchets d’origine plastique).

Nettoyer c’est important mais c’est symbolique. Le message d’une telle action est avant tout de sensibiliser les citoyens à la thématique des déchets aquatiques pour tenter, en amont, de produire moins de déchets (et de mieux trier ceux produits le cas échéant).

Les participants sont tous repartis avec le sourire de cette initiative citoyenne et ensoleillée… et avec la volonté de recommencer l’année prochaine… en mieux !

Arthur, Nicolas, Eric, Hugues, Julie, Pauline, Yves, Erick, Marjorie, Saphia, Victor, Anaïs, Hugo, Thomas, Emmanuelle, Perrine… merci encore pour votre aide!

La semaine prochaine, on brûle nos calories !

Lundi commencera officiellement la semaine du développement durable 2012… et notre tant attendue/préparée/appréhendée No Impact Week.

Première épreuve donc: finis les voitures, scooters et autres véhicules polluants. Bonjour petons, vélos, trottinettes, rollers, skate et autres transports en commun.

Il faut savoir que l’impact carbone de nos déplacements est lié essentiellement à la combustion de carburants fossiles. Aussi, en prévision de cet exercice et pour bien comprendre l’impact de nos déplacements, voici d’ores et déjà quelques chiffres:
Bon week-end et à lundi pour un bol d’air pur :)

Earth Hour

Comme chaque année, WWF nous invite à éteindre les lumières pendant 60 minutes pour la désormais célébre Earth Hour.

Il s’agit de se mobiliser contre le changement climatique.

Le RDV est pris ! Samedi 31 mars de 20h30 à 21h30.

Même notre tour Eiffel sera plongée dans le noir pour l’occasion.

En plus d’avoir une symbolique forte, ce geste est l’occasion de se retrouver en famille ou entre amis autour d’une bougie pour discuter, de regarder les étoiles et la lune… de « voir le monde autrement ».